Le
minisphère
est à votre écoute. Ceci est votre espace personnel,
accessible sans identifiant ni mot de passe, mais soumis à notre
modération.
Bureau des pleurs ou des plaintes, on accepte aussi les
belles histoires qui se terminent bien (ça arrive). 
 
Que
vous soyez chômeur, employé ou employeur, acteur de l’emploi ou
rien de tout cela…Venez témoigner, raconter, et
livrer vos idées reçues.
On les publiera, on s’en servira, on vous
écrira…


Par ailleurs, dans le cadre de notre suivi mensuel personnalisé,
nous compilerons et publierons, chaque fin de mois, les idées
reçues, commentaires et témoignages les plus marquants.

Le Minisphère.

> Suivez-nous sur Twitter

12 Commentaires

  1. Bonjour, je viens de découvrir votre blog par l'intermédiaire d'un article dans la presse.
    Je vous contacte car j'ai deux petites anecdotes à la fois amusantes ou consternantes.

    Quand j'étais étudiant, ma formation proposait l'alternance (2 jours en cour et 3 jours en entreprise en contrat de professionnalisation), la formule m'intéressé. Je me rend donc au pôle emploi pour avoir des informations sur une annonce et y postuler. Ce cher monsieur de l'accueil m'explique comment s'inscrire et envoyer mon CV et la lettre de motivation via le site du pôle emploi. Après avoir fini de réciter son pitch, j'explique ma situation,

    Moi : "Je suis étudiant a la recherche d'un contrat de professionnalisation comme le propose l'annonce et qui correspond a mon profil, mais je peut pas postuler car les informations sur cette société, noms, contact… n'est pas indiqué".
    Cher monsieur : "Il faut vous inscrire et être demandeur d'emploi, les information vous seront communiqué. Mais étant étudiant vous ne pouvez pas vous inscrire, on ne cumule pas le statut de demandeur d'emploi et étudiant".
    Moi : "Mais comment je fais alors pour postuler"
    Cher monsieur : " Vous devez arréter votre formation et vous inscrire à pôle emploi".
    Moi : " Mais je vais pas quitter mes études et perdre un ans pour répondre a une annonce."
    Cher monsieur : " Écoutez, ça fait plus de 20 ans que je travaille ici et des commentaire comme les votre j'en ai tout les jours. "
    A ce moment la colère ma emporté, j'ai cependant voulu garder mon calme.
    Moi : "Je viens juste vous demander des informations ! je ne vous ai pas agressez. Puisque vous le prenez comme ça, je comprend que sa fait donc plus de 20 ans que vous servez a rien, au revoir.
    La têtes et les sourires des personnes dérrière moi, ma réconforté.

    Quelques années plus tard, à la recherche de mon premier travail, je m'inscris au pôle emploi sur le site internet. Joie et fête après avoir tout rempli dans 48h je recevrai par courier la date pour le fameux rdv avec le conseillé pour finaliser l'inscription. Une semaine passe et toujours rien. Je me rend sur place, puis la dame passe un coup de fil et me donne rdv le lendemain.
    Je vous passe les détails de ce rdv…
    Environ un mois plus tard, je vais au pole emploi pour une annonce. "Mais monsieur vous avez été radié". Je n'ai jamais reçu de lettre pour m'avertir de cela ni la raison de ma radiation auprès du pôle emploi.
    Je recommence donc mon inscription, mais pas via le site internet, par téléphone. Et oui, car sur le site, impossible de m'inscrire car un dossier a mon nom et numéro de sécu existe déjà, LE MIENS BIEN SUR !
    Quelques jours après, la lettre arrive pour le rdv.
    Je vais donc a mon deuxième premier rdv avec le conseillé pour finir mon inscription.

    – Avez vous déjà été inscrit ?
    – Oui, mais je suis radié, alors que je n'ai rien reçu pour m'avertir et on ma pas donné de raison.

    Un coup d'oeil sur l'ordinateur et elle m'imprime la lettre que j'aurais dù recevoir.

    Je la lis attentivement.. Et oh ! je voyage dans l'espace temps. Car oui, il est écrit que je serais radié à partir du 30 novembre.

    – Mais madame, il y a un problème. Regardez j'ai apporté avec moi les papier de mon tout premier rdv qui justifie ma PREMIÈRE inscription le 8 décembre. Si je comprend bien, j'étais radié avant même que je sois inscris.

    (J'ai toujours les papiers pour le prouver)

    J'espère que sa vous a plu.

    Bonne continuation
    twitter : @maxaige

    • Oui, ça nous a plu ! Radié avant l'inscription, c'est assez savoureux ! Merci pour votre témoignage !

  2. Mon fils vient de se voir refuser la prise en charge d'un billet de train par pôle emploi pour aller à Avignon lundi prochain pour un entretien.
    Nous habitons à Nantes, il est au RSA. Comme l'entretien est lundi il va être obligé de partir dimanche et de prendre une chambre d'hôtel. Soit un coût d'environ 300 €. Il lui restera pour vivre 100 € ce mois ci !
    Pourtant il avait bien sa convocation avec la date et l'heure de l'entretien, le nom de l'entreprise à Avignon et le numéro de l'annonce…mais le tout par mail. Le préposé du pôle emploi a exigé un courrier ! Nous sommes jeudi et nous n'avons pas le temps matériel d'obtenir ce courrier !
    Nous sommes écoeurés. Je comprend pourquoi les gens se suicident devant le pôle emploi !

  3. Le même conseiller Pôle emploi vient d'interdire à une personne que je connais de faire du bénévolat en attendant de trouver un emploi, en a t-il le droit ?
    Ses arguments : "votre énergie doit passer dans la recherche de travail et si j'apprends que vous faites du bénévolat je m'emploierai à vous retirer vos indemnités car rien ne dit que ce n'est pas du travail dissimulé !"
    Dans quel monde vit-on ? c'est sidérant !

  4. Il n'y a pas qu'au pôle emploi qu'on trouve des petites annonces extravagantes !
    Pour preuve cette annonce relevée sur le site profilculture, site dédiés aux professionnels du monde culturel, musique, théâtre etc..
    Ce milieu est particulièrement percuté par la crise, alors les employeurs ont trouvé une solution, ils emploient des stagiaires, mais pas n'importe lesquels,
    il faut avoir Bac + 5, connaître la gestion financière, la statégie de développement, être force de proposition,maîtriser l'anglais…avoir de l'expérience bref j'en passe, le tout pour
    436 € par mois !
    Mon fils qui cherche dans cette branche depuis 14 mois remplit les conditions…mais à moins de s'installer dans sa twingo devant la structure et de se nourrir de sandwichs matin,
    midi et soir il ne peut envisager de postuler !
    Mais je ne m'inquiète pas pour cette compagnie, elle va trouver un passionné qui se fera jeter au bout de six mois…car un stagaire c'est bien pratique, ça n'a pas de statut, pas de syndicat et c'est prêt à tout pour obtenir un vrai boulot !

  5. Voici l'annonce en question :

    Chargé(e) de production
    Stage
    Compagnie XXXXXXX
    Paris – Vaux-le-Pénil (77)
    18/04/13
    URGENT
    Secteur
    Théâtre

    Description du poste
    Mission principale
    Le/la chargé(e) de production aura pour mission principale de contribuer à l’activité de la compagnie XXXXXX et d’en assurer le dynamisme, notamment dans le cadre de sa résidence de création, de recherche et d’action culturelle
    Le/la chargé(e) de production secondera l’administrateur de la compagnie dans l’ensemble des tâches tant opérationnelles que stratégiques relatives à la gestion et au développement financier de la compagnie.
    Le/la chargé(e) de production appuiera le directeur de la compagnie dans l’organisation du développement artistique.
    Il/elle sera particulièrement chargé(e) de la conception et de la réalisation de dossiers de production, de subventions ou encore de mécénat. Il/elle sera force de proposition pour le projet d’actions artistiques de la compagnie, et coordonnera son implantation territoriale.
    Le/la chargé(e) de production sera donc un collaborateur/une collaboratrice essentiel(le) de la compagnie au cœur de l’ensemble des projets et des réalisations de celle-ci, en lien direct avec ses membres.

    Missions et Activités

    Participer au développement artistique et financier de la compagnie

    • Préparation des démarches et rendez-vous du directeur artistique pour l’ensemble des projets de création.
    • Rédaction des dossiers de production, de presse et de diffusion pour les créations à venir de la compagnie.
    • Gestion des outils de communication de la compagnie et rédaction de contenus pour son site internet.
    • Conception de dossiers de mécénat et aide à la recherche de financements.
    • Suivi des contreparties aux soutiens publics et privés reçus par la compagnie.

    Appuyer la gestion administrative et budgétaire de la compagnie

    • Aide à la rédaction des dossiers de subventions.
    • Gestion des frais de production et des frais de structure.
    • Aide au suivi comptable et financier.

    Conduire l’implantation territoriale de la compagnie au sein de son lieu de résidence

    • Être force de proposition quant à des actions artistiques en lien avec les créations.
    • Impulser les rencontres et les prises de contact avec toutes les parties prenantes au projet d’action artistique et culturelle de la compagnie.
    • Préparer les premières actions au sein du lieu de résidence de la compagnie.
    • Participer à la création de l’Ecole d’Art Dramatique de Vaux-le-Pénil.
    Description du profil recherché
    • Bac+5 – formation en administration / gestion des entreprises artistiques et culturelles ou Grande Ecole
    • Passion du théâtre : spectateur assidu, intérêt pour la dimension artistique et les actions culturelles
    • Excellentes capacités d’expression écrite et orale. Maîtrise de l’anglais
    • Excellent relationnel, goût pour les aventures collectives, très forte implication et motivation
    • Permis B souhaité
    Description de l'expérience recherchée
    Expérience préalable obligatoire : stage antérieur, implication associative, projet collectif…
    Date de prise de fonction
    Dès que possible
    Salaire envisagé
    436,05 + prime possible
    Lieu
    Paris – Vaux-le-Pénil (77)

  6. Pauvre Clara, j'ai lu ton message et il m'a touché car je connais également une personne qui me touche de très près qui est dans ton cas ! Quand je vois ce type d'annonce je suis révoltée. On est en train de briser notre jeunesse.
    Clara continue à croire en la vie même si c'est difficile !

  7. Mon dossier : un cas d'école !

    Journaliste depuis 2002, je connais bien pôle emploi puisque j'ai exercé en tant que pigiste et CDD entre 2002 et 2006 et j'étais donc déjà inscrite à l'époque.
    Embauchée en CDI début 2006 dans un chaîne de TV, j'ai décidé avec mon employeur de cesser ma collaboration en fin d'année dernière, la date officielle étant le 15 décembre 2012. Bénéficiant d'une indemnité plus que correcte à mes yeux et apeurée à l'idée de m'attaquer à ce chantier à quelques jours de Noël j'ai attendu début 2013 pour aller m'inscrire à pôle emploi. Rendez vous donc le 8 janvier avec mon dossier sous le bras. Le rendez vous va durer une heure et quart… Très vite elles s'y mettent à deux pour débrouiller mon dossier, il faut dire que ce n'est pas classique, mon contrat de journaliste s'est donc terminé le 15 décembre, j'ai le papier qui va bien, j'étais à mi-temps je le précise… Mais le problème c'est que je travaille aussi au coup par coup pour une société de production (qui ne fournit pas les Attestations de manière systématiques), je suis cachetière pour radio France (réalisation d'une chronique avec un contrat de grille renouvelé chaque année soit en septembre jusqu'en décembre puis en janvier jusqu'à juin de chaque année), j'ai aussi pris le statut d'auto entrepreneur pour des petits boulots de rédaction qu'on me confie… Ajoutez à cela qu'en 2012 j'ai eu un congé maternité et un congé parental, ça fait un beau bordel !

  8. (Suite du témoignage précédent)

    Elles ont quand même mis 45 minutes sur leur ordi avant de comprendre que ce qui concernait la maternité/congé parental avait bien été rentré dans le système (eh oui quand même ils sont en lien avec la sécu et la CAF !) avant cela j'avais prévu le coup et sorti tous les documents qui vont bien et qui ne me serviront à rien… Mais pour radio france et la boite de prod, il manque l'enregistrement d'attestations… Elles me proposent donc de revenir pour enregistrer les derniers mouvements (en gros j'avais toutes les attestations mais comme radio france m'en fait une par mois plutôt que regarder cela ensemble elles m'ont filé une liste ce qui était enregistré et m'ont demandé de revenir avec seulement les papiers concernant les périodes manquantes). Je note que j'ai toujours chez moi 2 kilos d'attestations assedic (enfin AEM je crois qu'on dit maintenant) que je n'ose pas jeter du coup !
    Retour une semaine après avec les documents de la société de production,(ils me les ont fournit vite c'est leur procédure en cas de besoin) et une lettre de pôle emploi me demandant de fournir un extrait Kbis (WTF !!!). j'ai quand même ma déclaration de début d'activité dans mon dossier au cas où et j'ai bien fait, la nana à l'accueil est plus au courant et me dit "pff ils sont vraiment nases de vous demander un extrait Kbis, ils ne connaissent rient au statut de l'auto entrepreneur ". On passe en revue tous les papiers, ça a l'air bon donc c'est parti… En principe…
    Deux semaines après coup de fil "bonjour on a un problème avec votre dossier, comme vous être inscrite auprès du CNCS (congés spectacles donc régime des intermittents) il nous manque des infos"
    Moi : oui bon mais comme je ne demande pas le statut d'intermittent vous ne pouvez pas passer mes droits sur le régime général ??

  9. (Et fin du témoignage précédent !)

    Le gars au téléphone : "si mais apparemment vos droits ne sont pas tous enregistrés, il manque des dates de clôture, il faudrait que vous voyez avec radio france si quelqu'un chez eux à un contact au CNCS pour rentrer les informations dans le système, sinon amenez vos attestations assedic on le fera mais cela prendra plus de temps…"
    Bien sûr, je vais m'attaquer à deux administrations pour avoir des documents, je me vois déjà noyée dans les démarches pour deux mois… Je vois la chargée de gestion de France Bleu à Clermont qui me file un mail, et finalement cela va plus vite que ce que je pensais, en fait comme je n'ai pas fini le contrat de début 2012 pour cause de congé maternité, ils avaient mal rempli les fiches, ils me renvoient donc une attestation en bonne et due forme et je retourne à pôle emploi (heureusement que l'agence est dans ma rue !!)
    Sur place la nana qui m'accueille est la même que la dernière fois, ouf ! Malgré les soucis elle prend le temps de comprendre mon statut. Elle me demande qui m'a appelé, si je me souviens du prénom, évidemment non, on regarde sur le dossier informatique et je découvre que c'est donc le directeur de l'agence qui a pris en main les choses, la classe… ou pas. Elle part avec mon dossier sous le bras pour démêler tout ça avec lui, fait plusieurs aller-retours… Dont un "le problème c'est que le contrat de radio france n'est pas terminé et donc on ne peut pas faire valoir vos droits"
    Moi : "euh mais avec radio france ça se termine en juin comme chaque année, j'ai une attestation assedic chaque mois et en plus je gagne 80 euros par mois… Mes indemnités je pense pouvoir les toucher rapport à mon CDI qui s'est terminé en décembre et qui me faisait vivre…"
    Ah là ca s'éclaire enfin, dernier passage dans le bureau du chef et victoire, c'est tout bon, validé, mon dossier est dans les tuyaux et les indemnités vont vite être débloquées, yipiiiii 
    Sa dernière phrase "Avec mon chef on s'est dit que comme on a des gens en formation en ce moment, on va les faire travailler sur votre dossier parce que avec une CDI terminé, plusieurs employeurs irréguliers ou non, un congé maternité, un congé parental et un statut d'auto entrepreneur vous êtes un cas d'école !"
    Euh merci…. 

  10. Bonjour,
    Je découvre votre blog…créatif et drôle! J'espère qu'il va continuer à vivre et à donner aux chômeurs un espace – si rare ! – pour témoigner et partager.
    C'est vrai qu'il faut une bonne dose d'humour quand on est "chômeur".
    Au chômage depuis…euh 3 ans (ça passe vite!), j'ai reçu pas mal d'annonces fantasques (plusieurs pour des postes de 'technicien helpdesk' – alors que je suis formatrice en langues – des postes de formateur en informatique, et même une offre en…Géorgie (!!)). Bref tout est bon pour faire croire que les chômeurs ne VEULENT pas retravailler alors qu'on leur propose des postes impossibles à accepter.
    Heureusement j'ai eu la chance de croiser la route d'un Super conseiller, ce qui ne m'a pas permis de retrouver du travail, mais de conserver une certaine foi dans l'humain.
    Comme ça n'a tout de même pas été une partie de plaisir, j'ai écrit un témoignage …pour témoigner, m'alléger et partager : http://www.edilivre.com/on-ne-nait-pas-chomeur-on-le-devient-rosa-louise-bergori.html#.ViidC37hDIU
    C'est déjà une manière de changer quelque chose à mon niveau.

Commentaires fermés